https://bdm.typepad.com > Ours Papillon

« Retour à Ours Papillon

k La cage de l'ours Papillon

k La cage de l'ours Papillon

Que faire devant tel constat ? Quand bien même la partie semblerait déjà perdue, décrire et dénoncer l’arraisonnement de la vie sauvage par la Technique est une première tache impérative. Combattre par la parole et la plume le contrôle de la vie sauvage avant qu’il ne devienne la norme absolue, avant qu’il ne soit réclamé par les naturalistes eux-mêmes, et non plus perçu comme hostile, nuisible à la vie sauvage mais favorable à elle. Revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire lire les grands auteurs (mentionnons spécialement ici Robert Hainard, notre Dersou Ouzala d’Occident), recourir à nos forêts intérieures, adopter l’attitude à la fois calme et tendue de celui qui affûte. Ne surtout pas craindre d’être assimilé à je ne sais quel régime d’ayatollahs, de talibans ou de réactionnaires élitistes parce que le premier oracle venu parlera et tentera de dissiper toute critique du dogme. En est-il encore temps ? « Le doute est devenu une maladie » avertissait Philippe Muray voici treize ans déjà. Le temps n’est plus au consensus dur des radicaux mais au despotisme du consensus mou relevait-il avec raison : « Son exploit est d’être à la fois quasi invisible et partout répandu, donc sans dehors, sans alternative, sans extérieur, d’où il serait possible, sinon de prétendre l’offenser, donc l’obliger à réagir, c’est-à-dire à se montrer en révélant par la même la puissance et l’étendue de sa tyrannie.» Sachons d’abord totalement désespérer avant de se battre.

Toutes les notes sur: Stephan Carbonnaux à la buvette des alpages

Texte extrait de Les secrets volés de Papillon de Stephan Carbonnaux

Lien permanent