https://bdm.typepad.com > Ours Papillon

« Retour à Ours Papillon

i Photo_ours_papillon_08

i Photo_ours_papillon_08

«De souche pyrénéenne, Papillon, encore tout chaud quand il a été retrouvé (...) ne pesait plus que 94 kilos», «il avait reçu une rafale de plomb» dans la tête nous dit-on, «les examens porteront sur le plasma sanguin», «rein, foie et vessie ont été envoyés à un laboratoire parisien pour des analyses en histologie», «d’autres recherches toxicologiques larges (à l’école vétérinaire de Lyon) seront aussi effectuées, des recherches de pesticides, d’herbicide. Comme c’est une espèce tout en haut de la chaîne alimentaire, c’est intéressant de voir ce qu’on va trouver. Il a mis trois semaines pour mourir...» , «une dent, une petite prémolaire a été envoyée aux Etats-Unis pour que l’âge soit déterminé avec précision» ; toutes informations, accompagnées des commentaires du docteur vétérinaire en charge de l’ours, que nous trouvons dans un article publié le 29 juillet par L’Éclair des Pyrénées. Voici un titre bien explicite en couverture ce jour-là : «Secrets d’ours - La dépouille de Papillon autopsiée», illustré par la photo d’une patte postérieure de la bête étendue sur une table blanche en plastique. Et le vétérinaire de conclure : «Un ours qui vieillit naturellement, c’est rarissime.»

Toutes les notes sur: Stephan Carbonnaux à la buvette des alpages

Texte extrait de Les secrets volés de Papillon de Stephan Carbonnaux

Lien permanent