https://bdm.typepad.com > Ours Papillon

« Retour à Ours Papillon

g Papillon dans sa cage pour ours

g Papillon dans sa cage pour ours

Afin d’illustrer ce qu’est aujourd’hui le Novlangue, j’ai extrait ci-dessous des termes d’un article de presse récent, duquel il ne sera pas révélé immédiatement l’exact sujet :

« Une soixantaine d’acteurs »,
« la validation des propositions »,
« les fiches de procédure »,
« notre volonté de transparence »,
« des échantillons pour être analysés »,
« un cahier des charges techniques »,
« des méthodes d’analyses qui s’apparentent à celles de la police scientifique »,
« assez d’ADN pour un typage complet »,
« mais en contrôlant ce que nous faisons, en le faisant de façon démocratique ».

Veut-on nous parler ici de la future carte d’identité biométrique destinée aux sujets britanniques ? S’agit-il d’un test proposé par la firme Oxford ancestors qui, grâce à votre salive, peut révéler votre lignée paléolithique ? Ou bien s’agit-il de tout autre chose ?

Oui, il s’agit du « Nouveau discours sur la méthode pour mieux compter les ours », discours résumé dans le Sud-Ouest du 23 avril 2004. Une telle logorrhée était tout simplement inimaginable voici encore quinze ans ; elle est de nos jours la langue subversive, le Novlangue, qui d’une manière parfaitement insidieuse arrache l’ours à sa vie sauvage pour le contrôler puis l’enfermer dans les laboratoires, et l’exploiter à des fins prétendument scientifiques. Telle est la barbarie à laquelle nous nous habituons tous, car elle s’instille dans nos esprits par une langue vénéneuse, empoisonnée. À défaut de la réduire à néant, sachons au moins la décrypter, lui décocher toutes nos flèches et lui opposer notre Ancilangue, la langue française très naturellement. Mao l’avait bien compris en son temps : on ne se bat jamais sur le terrain de son adversaire, et il en est de même pour la langue et les mots. À «développement durable», nous répondons «nature» et à entendre «analyse génétique des poils d’ours» nous relisons Dersou Ouzala.

Texte extrait de Les secrets volés de Papillon de Stephan Carbonnaux

Toutes les notes sur: Stephan Carbonnaux à la buvette des alpages

Lien permanent