Un peu de polémique lupine

Les écrits de l’historien Jean-Marc Moriceau sur la « dangerosité » du loup continuent d’alimenter diverses controverses.

Le site « L'Observatoire du loup » et sa page Facebook dédiée ont récemment mis en ligne (21 novembre) un texte intitulé « Le loup prédateur de l’homme » qui conteste le chiffre, avancé par jean-Marc Moriceau, de 120.000 victimes du loup, directes ou indirectes, au cours de l’histoire. Le texte ci dessous, tiré de la page Facebook de Jacques Baillon, est une contribution à ces échanges.

par Jacques Baillon

« C’est pour ça qu’il ne faut pas faire confiance à 100% aux historiens (dont la connaissance en matière d’espèces animales n’est pas la spécialité) ni à ceux qui nient que le loup ait pu, dans le passé s’en prendre aux humains (dont la connaissance, en matière de r

FDSEA : Une aide financière à toute personne qui apporte la preuve de l'abattage d'un loup

On avance ou on recule ?

La chasse aux primes et subventions est une spécialité agricole. Voilà un communiqué de presse de la FDSEA qui date un peu, il m'avait échappé. Signé Daniel Dellenbach, président de la FDSEA de la Meuse, il rentre sans hésiter dans la catégorie "On a un gagnant". Il a été exumé des cartons par les hommes du syndicat en colère pour amadouer les bobos parisiens à l'occasion de leur "transhumance à Paris" dont ils reviennent déçus. Eleveurs et Montagne titre d'ailleurs: "Manifestation de Paris: aucune avancée ou presque".

Cette manifestation hivernale, les brebis sont à l'abri dans les bergeries, ne va pas révolutionner la connaissance des journalistes parisiens du dossier loup: ils ont poliment couvert l'évènement, sans plus, sans analyse ni angle pertinant. Il faut dir

Conflit d'intérets: Jean-Pierre Alzieu fait l'autruche (et de la saucisse!)

Alzieu: un conflit d'intérêts ! Quel conflit d'intérêts?

A la suite de la condamnation de Christian Derramond, Laurence Cabrol d’Ariègenews a questionné Daniel Strub du Comité Ecologique Ariégeois. Extraits...

Un conflit d’intérêt exemplaire

Le cas de Christian Derramond est emblématique. Il appèle son vétérinaire pour une expertise. Normalement ce n’est pas à lui de convoquer un expert, surtout si c’est (ou a été) SON vétérinaire. Alzieu aurait dû refuser: un expert n’a pas a expertiser chez un de ses clients, c’est interdit dans le code rural, comme de faire de la publicité en tant que véto. Qu’importe, Jean-pierre Alzieu ne souffre pas de phobie administrative mais d’allergie déontologique, c’est tout comme. Dans un petit du "Point vétérinaire" sur

3.600 euros: le prix d'un vautour fauve

Ariège: Christian Derramond condamné pour avoir tué un vautour fauve.

Christian Derramond avait tué un vautour fauve avec une 22 LR équipée d’une lunette et d’un silencieux. Le but étant, selon lui, d’effaroucher « le prédateur ».Son vétérinaire habituel, jean-Pierre Alzieu, faisant fi du conflit d’intérêt est le vétérinaire qui a “expertisé” les brebis et annonçé en grande pompe le "changement de comportement" des fauves à pattes de poulet. Et bien évidement, son expertise va dans le sens de son client et dans celui de ses employeurs, le CG09 et la FDC09. Normal on est en Ariège, le copinage marche à fond…

La mission gouvernementale venue en Ariège en juin a réaffirmé les «positions scientifiques communément admises» selon lesquelles «le vautour fauve n'attaque l

Un loup percuté et tué à Tanneron

Un loup a été tué dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 novembre après avoir été percuté par une voiture sur l'autoroute A8, à proximité de l'échangeur 39 des Adrets-de-l'Estérel, dans le Var.

Les gendarmes de Mandelieu, chargés de l’enquête, auraient eu confirmation de l’espèce animale, notamment après avoir recueilli l’avis d’un garde-chasse. Une autopsie devait être pratiquée.En janvier dernier, un loup avait été tué sur l’autoroute A570 et un autre avait été retrouvé au bord des voies à , tandis qu’en mai 2014, une louve avait été trouvé à la sortie du village d’ dans les Hautes-Alpes.

L’oursonne Auberta retrouvée morte dans le Val d’Aran

Remise en cause de l'utilité de la pose d'un émetteur abdominal

Lleida. (E) Auberta, l’oursonne de Fadeta qui avait été découverte à Aubert, dans le Val d’Aran vivait en semi-captivité dans un grand enclos. Les contacts avec les humains avaient été évités au maximum. Elle devait être réintroduite dans les Pyrénées. Cette réintroduction attendue ne se fera pas. Auberta a été retrouvée morte dans son enclos dans la matinée du vendredi 21 novembre 2014 a confirmé Jose Enric Arró, le ministre de l'Agriculture du Conseil Général d'Aran. Une autopsie va être réalisée.

Cette oursonne avait été récupérée, âgée de tois mois, le mercredi 16 avril par des habitants à proximité du village d'Aubert, dans le val d'Aran (versan espagnol des Pyrénées), sur la route entre Vielha et la frontière Française. D'où son nom. Pyros était à la fois le père et le

Bargy: l’abattage des bouquetins est reporté

CNPN : un groupuscule ultra minoritaires d'hyper activistes

Le préfet de la Haute-Savoie a annoncé vendredi qu'il n'y aurait "pas d'abattage total" des 300 bouquetins du massif du Bargy, atteints de brucellose, contrairement à ce qui avait été annoncé fin septembre."Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, m'a demandé (...) que le protocole d'éradication de la brucellose des bouquetins du Bargy soit revu, afin d'intégrer les dernières données scientifiques disponibles", indique le préfet Georges-François Leclerc dans un communiqué."Il n'y aura par conséquent pas d'abattage total des bouquetins du massif du Bargy dans les jours qui viennent", ajoute-t-il.Le nouveau protocole d'éradication "sera connu début décembre", selon la même source.Fin septembre, le préfet avait an

Gérard Longuet : une sale bête

Manger : une mauvaise habitude

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane le Foll, a paraît-il, selon france 3, “écouté les doléances présentées par les élus et éleveurs lorrains” à propos du loup.

On a un gagnant ! La doléance de Gérard Longuet, sénateur UMP de la Meuse est une petite perle de bêtise, et dans bêtise il y a bête...

Gérard Longuet : "C’est une sale bête, une sale bête qui a pris de mauvaises habitudes depuis toujours, celle de manger les autres. Alors bon, peut-être que dans la finance ou la politique on peut se manger les uns les autres, mais pour l’élevage et pour l’élevage agricole (sic), pour l’avanir de notre département, on ne veut pas de loups et on veut pouvoir prendre les mesures qui s’adaptent, c’est à dire des chasses préventives.”

Des bêtes qui en mangent des autres,

Loup: Deux arrêtés cassés dans les Alpes-de-Haute-Provence

Communiqué de presse ASPAS / FERUS / One Voice

L’État entendait protéger des moutons qui ne sont plus vraiment là !

Dans le contexte de l’hystérie anti-loup, les préfets se croient tout permis sous prétexte de calmer des éleveurs qui ne le seront jamais ainsi et autorisent illégalement des tirs de loup, espèce protégée. Trois associations viennent de gagner leurs recours juridiques contre l’État.La justice vient à nouveau de donner raison à l’ASPAS, FERUS et One Voice, en suspendant deux arrêtés illégaux de « tirs de prélèvement » de loups, cette fois dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les trois associations ces arrêtés qui ordonnaient l’abattage de quatre loups, avec possibilité de tir par les chasseurs jusqu’au 25 décembre sur les communes d’Allos, Thorame-Basse et Thorame-Haute, soi-disant pour «la p

Taureau au Banyuls

Dimanche 16 novembre, lors d'une battue au sanglier à Banyuls-sur-mer, « un rabatteur était en train de “piquer” dans le bois lorsqu’il est tombé sur un taureau en liberté sans bague d’éleveur aux oreilles. Il a alors tenté de récupérer les chiens et s’est fait charger. Il a été légèrement blessé au visage. Il était choqué et ne savait plus quoi faire. C’est un autre chasseur, conscient de la dangerosité de la situation, qui lui a dit d’abattre l’animal».

Les chasseurs ont été « contraints » d’abattre le taureau qui a chargé le piqueur du groupe.

A Banyuls, "une certaine omerta" semble régner autour de l’incident. Les chasseurs du cru craignent vraisemblablement d’éventuelles réactions des défenseurs des animaux. Selon la Fédération des chasseurs, le taureau aurait ensuite été transporté au local de chasse « pour des raisons d’hygiène…

Tigre de Seine et Marne : l’ASPAS dénonce l’incompétence des autorités

par Planeteanimaux.com

Pierre Athanaze est une figure incontournable de la protection animale en France. Naturaliste et forestier, ancien administrateur de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, il est depuis 2008 le Président de l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages). Il lutte contre les «massacres» de la chasse, dont le déterrage des blaireaux est pour lui l’un des plus sordides visages. Il milite également pour le «réensauvagement» de nos régions. Récemment, il a été choqué par « l’incompétence » crasse des autorités forestières dans la gestion de l’affaire du « tigre » de Seine et Marne, qui s’est au final révélé n’être qu’un chat. Il s’explique dans la tribune ci-dessous, publiée sur le site planeteanimaux.com.

Pierre Athanaze : "Fier et sûr de lui,

Une nouvelle espèce invasive en Europe : Planeita punctoris

Une nouvelle invasion d’espèce en Europe sème le chaos dans notre pays. Le premier ministre a déclaré : « c’est un problème de sécurité majeure ! Tous les services de l’état sont mobilisés. »

par Patrick Leyrissoux

Qu’en est-il au juste ? Commençons par le début...

Un peu d’histoire

Planeita punctoris (nom commun : planche à clous) n’est en fait pas vraiment une espèce nouvelle. Elle est connue depuis quelques siècles et sa genèse est un peu obscure. On sait seulement que c’est un hybride domestique, issu du croisement de deux autres espèces domestiques : Planeita populus (la planche) et Punctoria punctoris (le clou commun à tête plate). Cette espèce, parfaitement inoffensive, est inféodée aux milieux rupestres et obscurs : fond

Prise de bec autour des vautours

Victime de rumeurs et d’une image déplorable, ce rapace est pourtant un «éboueur» très utile pour les tenants de l’équarrissage naturel. Reportage dans la Drôme auprès d’éleveurs et d’associations de protection.

par Coralie Schaub

Cet après-midi d’octobre, Julien Traversier débarque au bout d’un éperon rocheux surplombant les gorges de l’Eygues, dans la Drôme provençale. Il est seul dans son 4x4, mais 180 paires d’yeux l’observent. Les yeux perçants de vautours, qui tournoient lentement dans le ciel avant de fondre sur l’objet de leur convoitise. Julien est reparti mais a laissé quatre carcasses de brebis. Les vautours fauves se servent en premier. On les croirait sortis d’une BD de Lucky Luke, avec leur dos voûté, leur collerette de plumes duveteuses et leur long cou, qu’ils plongent dans les tissus mous du bétail

Pétition pour une véritable politique nationale de protection de la nature

La LPO se fait l'écho de l'appel de l'ASPAS adressé au Président de la République pour qu'une véritable politique nationale de protection de la nature soit mise en place. La Buvette des Alpages aussi.

Considérant que de récurrentes agressions contre les espèces et les espaces protégés ont été orchestrées par les pouvoirs publics et le ministère de l'Écologie ces derniers mois.De bien tristes exemples…

  • Le 10 juillet, une battue d'effarouchement au loup (espèce protégée !) a été organisée en plein cœur du Parc National des Ecrins (espace protégé !).
  • La Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie signe un arrêté autorisant les chasseurs à tirer des loups lors des chasses au grand gibier dans 20 départements. Dernièrement les chasseurs ont tiré trois loups où ils ne pouvaient en tuer

Grande promotion sur le calvados sur présentation de son permis de chasse

La troisième bouteille gratuite?

Samedi 15 novembre 2014 (Calvados) Arrêté avec 2,1g d'alcool après une battue. Les gendarmes du peloton motorisé de Pont-l’Evêque ont arrêté hier un chasseur qui revenait d’une battue. L’homme originaire de Pennedepie roulait avec 2,1g d’alcool dans le sang. Son permis a été retiré sur le champs et risque une suspension pendant six mois.

Dimanche 16 novembre 2014 - (Calvados) : Un chasseur arrêté avec 2,28g d'alcool dans le sang. Un homme, habitant à Saint-André-d’Hébertôt et qui revenait d’une chasse à Orbec, a été contrôlé à 16h45 avec un taux de 2,28g d’alcool dans le sang sur la RD579 au Breuil-en-Auge par les gendarmes du peloton motorisé de Pont-l’Evêque. Son permis a été retiré sur le champs et il risque une suspension du permis de conduire pendant six mois. Il sera convoqué prochainement au trib

Un treizième loup abattu dans les alpes de Haute-Provence

16 novembre 2014 - Hautes-Duyes (Alpes-de-Haute-Provence)

La préfecture des Alpes de Haute-Provence a annoncé, le lundi 17 novembre, qu’un loup avait été prélevé la veille sur la commune de Hautes-Duyes, près de Digne-les-Bains .

Et cela, « en application des dispositions du plan d’action national loup et afin de réduire l'exposition des troupeaux à la prédation, le préfet des Alpes de Haute-Provence a autorisé, le 24 septembre 2014, pour une durée de 2 mois, une opération de tir de prélèvement de deux loups dans les communes d’Authon, Auzet, Barles, Hautes-Duyes et La Robine-sur-Galabre. C’est dans ce cadre qu’un loup a été prélevé », précise la préfecture.

C’est le treizième loup abattu depuis le 1er juillet 2014, le début du plan Loup 2014-2017. -

A propos de la forêt et des milieux dits ouverts, Rencontre avec Gilbert Cochet

La progression de la forêt et l’augmentation des populations d’ongulés sauvages sont pour beaucoup dans le retour du loup. Pourtant, même chez les écologistes, l’avancée de la forêt au détriment des milieux dits “ouverts” ne fait pas l’unanimité. Qu’en est-il vraiment en termes de biodiversité ? Est-il si important de maintenir des milieux ouverts ? Le point avec Gilbert Cochet

Naturaliste de terrain reconnu, Gilbert Cochet est agrégé de sciences naturelles, correspondant au Muséum d’histoire naturelle et expert auprès du Conseil de l’Europe. Propos recueillis par Florence Englebert Florence Englebert : Les écologistes sont partagés sur les conséquences de la déprise agricole et l’avancement de la forêt… Vous y voyez une chance pour la nature ?

Gilbert Cochet : Oui car la nature en France -