Loup : la pierre angulaire

C’est ce travail de fourmi (Le suivi de l’espèce) effectué par chacun de vous, correspondants du Réseau, que vous soyez ou pas agent de l’ONCFS, qui le permet. Ce réseau est la pierre angulaire du dispositif général voulu par l’Etat et dont l’organisation a été confiée à l’ONCFS. Cet engagement collectif et structuré, où professionnels et bénévoles de tous horizons oeuvrent ensemble pour une meilleure connaissance, est unique en Europe, et notre établissement est fier d’y participer à vos cotés.

(...)Solidement adossés à vos contributions et prospections sur le terrain, nous pourrons tous oeuvrer au service de la collectivité et des questions qu’elle se pose au sujet du loup.”

(J.P. Poly, DG de l’ONCFS, Bulletin du réseau loup n°33)La France est effectivement le seul pays ou les naturalistes, passionnés par le loup œuvrent collectivement à sa DESTRUCTION. Fu

Le prétexte de l'ours

Le musée grison de Poschiavino pourra présenter la version empaillée de l'ours M13, abattu en février dernier “pour protéger la population”. Et voilà qu'un autre ours a la mauvaise idée d'émigrer en Suisse...

" Des éleveurs abandonnent leur alpage à cause de l’ours ! "

SUISSE - Pour la première fois, aucun mouton ne paît sur l’Alp Mundin, dans les Grisons. Les paysans disent avoir perdu de l’argent suite à l’attaque du prédateur en 2014. Au sein du hameau de Tschlin, la décision a été prise ce printemps: il n’y aura plus de moutons en estivage sur l’Alp Mundin. Les bêtes ont été menées dans d’autres localités de la vallée, leur sécurité ne pouvant être assurée sur l’alpage perché sous les falaises du Piz Mundin.” (Source : )

Plus d'un an après l'abattage de M13 dans le Val

Le paradoxe de la biodiversité européenne

" Tandis que nous saluons le courage d’habitants de pays pauvres, tandis que nous envoyons des fonds à l’étranger pour la protection des grands animaux sauvages et qu’à juste titre, nous nous indignons quand ils sont tués par des hommes, nous sommes semble-t-il bien décidés à ne pas mettre la main à la pâte. La protection d’espèces situées au sommet de la chaîne alimentaire, avec toutes les difficultés que cela implique, c’est l’affaire des autres : nous, nous reculons d’un pas et nous restons spectateurs ", écrit l’éditorialiste britanique George Monbiot. Je suis revenu de différentes conférences récentes rempli d’étonnement et d’un semblant d’espoir, ce qui ne m’était que trop rarement arrivé ces dernières années. Tout d’abord, à l’occasion de la parution du rapport de Rewilding Europe sur le retour des espèces sauvages, il y a trois semaines, j’ai appris que certains anima

Une famille sur deux demande après les phoques

"Les phoques sont devenus une véritable marque de fabrique du tourisme en baie d’Authie."

ETAPLES - Eté sur l'embouchure de la Canche, près des plages de la côte d'Opale : Une brise de mer soulève les cerfs-volants et apporte de l'iode à l'intérieur des terres.

GAVARNIE - Eté sur une estive pyrénéenne : Une brise de vallée agite les quelques hautes herbes qui ne sont pas encore passées entre les dents des brebis en grand nombre et apporte un peu d'air frais, mais point d'iode...

Berck : les phoques, véritables « mascottes » du tourisme

Des produits dérivés aux sorties nature, les phoques s’affichent partout. Face à l’attrait grandissant des estivants pour ces mammifères marins rondouillets, l’office de tourisme et les commer

Barèges-Gavarnie : les pierres parlent !

"Les troupeaux ne sont plus gardés. Il n'en a pas toujours été ainsi"

« De nos jours, les éleveurs du pays Toy vont voir leurs bêtes dans les estives une fois par semaine et les troupeaux ne sont plus gardés. Il n'en a pas toujours été ainsi. Vous trouverez, de-ci de-là, et particulièrement vers Barèges, en montant vers Escoubous par exemple, d'anciennes cabanes de bergers qui étaient bien rudimentaires.

Pour en savoir plus, un diaporama sur les cabanes de bergers est proposé mardi 28 juillet 2015, à 18 heures, la Maison du Parc national et de la vallée à Luz, présenté par , de l'Agnouède. Celle-ci a aussi édité un livre qu'elle présentera ce soir-là et qui est fort intéressant. La découverte de ces cabanes de berger peut d'ailleurs être l'occasion d'une belle randonnée. » (Source : Ph. L. dans , juillet 2015)

Henri Nayrou, le baron de l'Ariège

Beau mélange des genres, magnifique partage des tâches. Monsieur l’élu dirigeait un hôpital public, et la société de madame y faisait des chantiers. Bienvenue en Ariège !

Enquête de Laurent Léger (Charlie Hebdo) Digne représentant du socialisme cassoulet, mais d’un cassoulet ariégeois s’il vous plaît, Henri Nayrou a comme il se doit accumulé les casquettes. Apparatchik local du PS, il continue à creuser le sillon que la gauche a tracé en Ariège depuis la IIIe République. Notre élu est membre du conseil général depuis 1983 (oui, depuis trente-deux ans…) et le préside depuis les dernières départementales, après en avoir été pendant dix-sept ans le vice-président. Il a été député pendant quinze ans, maire pendant douze ans de La Bastide-de-Sérou, après que son propre père en a été lui aussi le premier magistrat. Une dynast

Pépé Pedron condamné

Jean-Pierre Cerrada, le berger de Sireix épinglé par la justice

Justice - Val d'Azun

Jean-Pierre Cerrada est arrivé au tribunal égal à lui-même : tonitruant. Le berger de 70 ans est bien connu dans la vallée et bien au-delà d'ailleurs : il a souvent défrayé la chronique. En 2012 déjà, il s'exprimait dans nos colonnes, déplorant la perte de son troupeau de chèvres. D'après lui, la faute à l'ours. C'est le PGHM, alerté par la mairie dee Sireix, qui avait sauvé ce qui restait du troupeau, coincé en altitude, sous la neige, pas loin du Cabaliros. À l'époque, le berger avait déjà reçu un avertissement de la justice, qui lui reprochait de n'avoir pas redescendu son troupeau à temps. À l'entrée de l'hiver dernier, rebelote. Sur 75 chèvres, seules 36 vont en réchapper. était donc prévenu devant le tribunal correctionnel d'abandon d'animaux do

Petite histoire commentée du rapport de l’Homme à la nature

Homme et nature : l’indispensable réconciliation

Il y a un peu plus d’un an, la Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW est un peu l'équivalent de France Nature Environnement en Belgique) organisait son Université d’automne sur le thème « Homme et nature : l’indispensable réconciliation ». Plusieurs aspects de la relation entre société(s) et biodiversité avaient alors été abordés : le rapport à la nature « ordinaire », la place de la biodiversité en agriculture et dans nos forêts ainsi que l’évaluation économique des services écosystémiques.Suite à cet évènement, Inter-environnement Wallonie vient de publier un petit ouvrage dont l’objectif est de fournir au lecteur des grilles de lecture, des outils d’analyse afin de mieux comprendre la manière dont nous interagissons aujourd’hui avec le reste du monde vivant. Petite

Phoques: apprendre à vivre ensemble

Lettre ouverte sur la présence des phoques

De Monsieur SAILLIOT, Président de la Fédération du Pas-de-Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

Aux Pêcheurs de la Canche et de l’Authie Apprendre à vivre ensemble Ces derniers jours, vous êtes nombreux à contacter la Fédération du Pas-de-Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique afin de nous informer de la présence de phoques sur les cours d’eau Canche et Authie.

Après une prise de contact avec l’association Picardie Nature, association qui étudie le comportement et l’évolution de la population des phoques gris et veaux marins de la baie de Somme, les phoques identifiés ne sont pas en détresse. Ils ne déplaceront donc pas les animaux.Je comprends tout à fait vos inquiétudes quant à leur présence si loin des côtes notamment avec les r

Le chamois et les brebis : le regard français sur la nature sauvage

Hostile, menaçante : le regard français sur la nature est fait d'incompréhensions, de craintes et d'ignorance.

Un chamois s’approchait d’un troupeau de brebis...

L’histoire commence comme une fable de La Fontaine, elle se termine par une polémique. Le 15 avril, la Direction Départementale des Territoires (DDT) de Haute-Loire a autorisé l’abattage (pardon, le « prélèvement ») d’un chamois qui approchait un peu trop d’un troupeau de brebis du nord-est de la Haute-Loire, les regroupant et les empêchant d’accéder à leur point d’eau.

Son comportement menaçait le troupeau, selon l’éleveur et la DDT. C’était un individu isolé, le chamois n’étant pas connu dans cette partie de la Haute-Loire. Fallait-il pour autant l’abattre ? Les associations de protection de la nature sont surprises par cette décision. Philipp

Deuxième portée d'oursons pyrénéens en 2015

Détection d’une ourse suitée en Aragon, Vallée de Venasque

Le 20 Juin 2015 vers 14h30, dans le secteur du Pic des Aigualluts en Aragon, un groupe de randonneur a filmé, à distance, une femelle accompagnée d’un ourson de l’année. Les images ont rapidement circulé dans la presse espagnole et sur les réseaux sociaux. La femelle et l’ourson se sont enfuis à vive allure en réaction à un probable dérangement.

Suite à ce témoignage, les techniciens en charge du suivi de l’ours en Aragon ont réalisé des prospections sur ce secteur mais aucun échantillon de poils ou de fèces n’a été trouvé. Au cours des prochaines semaines, afin d’essayer de connaitre leur identité par la génétique, d’autres investigations seront menées dans ce secteur, limitrophe de l’Aragon et du Val d’Aran. Jusqu’à ce jour ce secteur est non connu pour être

Première naissance d'oursons en 2015 dans les Pyrénées

Détection d’une ourse suitée en Catalogne, dans le Pallars Sobirà

Le 13 mai 2015, le Service Biodiversité et Protection Animale de Catalogne a observé et photographié 1 ourse accompagnée de 3 oursons de l’année en Catalogne dans le .

Les oursons sont donc âgés d’environ quatre mois. La femelle adulte n’est pour l’heure pas identifiée. Au cours des prochains mois, les investigations routinières des Réseaux Ours français et espagnol tenteront de préciser l’identité de la mère et de ses 3 jeunes par des analyses génétiques d’échantillons de poils ou de crottes. La population d’ours bruns des Pyrénées, qui fait l’objet d’un suivi scientifique transfrontalier, a été estimée en 2014 à au moins 27 individus vivants (29 observés dont 2 sont morts en cours d’année) dans les Pyrénées centrales et 2 individus dans les Pyrénées occidentales. En 201

Borné-haut, l’inquiétude monte face à l’orang-outan

Les Immatures Palmiculteurs se mobilisent suite aux récentes invasions de plantations de palmiers à huile par les orangs-outans

Par Bernard Pesle-Couserend

Les Immatures Palmiculteurs de Borné-haut expriment leur forte inquiétude : l'année 2015 commence très mal pour les palmiculteurs. Du Borné-haut du sud, avec des invasions récurrentes de plantations de palmiers à huile, au Borné-haut de l’ouest, avec une récente invasion de plantation, en passant par le Borné-haut du nord, où les palmiculteurs sont désormais contraints de protéger leurs palmiers pour limiter l'impact glouton de l’orang-outan, les invasions de plantations avec prédations de fruits se multiplient sur tous les secteurs de l’île. Cette situation est insoutenable pour les palmiculteurs.Pour le président des Immatures Palmiculteurs Hautement Bornés (IPHB) : "le pongidé pose plu

Attaque de loup dans un restaurant

Il va falloir agir ! Interview...

- Lewis D. : "Même si cela ne fait plus la une des journaux, les attaques de prédateurs continuent en France. Et il ne s'agit pas d'attaques d'intimidation. On avait pourtant prévenu, ils n'ont plus peur, ils s'approchent des villages, les traversent, et plus uniquement de nuit.

Le plan LOUP prévoit-il suffisamment de prélèvement? Rien n'est moins sur, malgré ce que vous racontent les défenseurs zoolâtres."

- La Buvette : "Ah oui, ceux qui ont perdu toute capacité de jugement et vantent la sereine cohabitation! Remarquez que quand les français veulent cohabiter, ils y arrivent..."

Nature Alert : Participez !

Campagne ‘Nature Alert’ pour préserver la nature sauvage en Europe :Participation record à la consultation européenne !

Depuis deux semaines, plus de 100 organisations environnementales mènent une campagne sans précédent pour préserver la nature européenne. La législation européenne de protection de la nature (les Directives « Oiseaux » et « Habitats ») est en effet menacée par la Commission européenne.



Les ONGs mobilisent les citoyens à participer à la consultation publique de la Commission européenne sur ce sujet et un record de participation vient d’être franchi : plus de 150 000 personnes y ont déjà participé en seulement deux semaines. C’est le plus haut taux de participation jamais vu pour une consultation européenne.

En Belgique, Natagora, Natuurpunt et le WWF sont heureux

Mortalité des oiseaux nécrophages dans les Pyrénées : du poison et du plomb

VIGILANCE POISON : L’empoisonnement illégal et l’intoxication au plomb sont les principaux facteurs affectant la survie des oiseaux nécrophages dans les Pyrénées (France)

Une étude de Philippe Berny, Lydia Vilagines, Jean-Marc Cugnasse, Olivier Mastain, Jean-Yves Chollet, Guy Joncour, Martine Razin. Résumé

Un programme de surveillance spécifique a été mis en œuvre pour suivre les populations d’oiseaux nécrophages des Pyrénées françaises, représentant une forte proportion des populations françaises.

Les deux principaux objectifs de cette étude étaient d’identifier toutes les causes de mortalité et de faire des recherches sur les cas d’empoisonnement. L’ensemble des 170 oiseaux retrouvés morts durant les 7 années de programme ont tous été soumis à une nécropsie complète, des radios, des re

Loups, loutres et autres loulous voleurs de poules

La loutre d’Europe est une chanceuse. Un prédateur bien-aimé. Ce ne fut pas toujours le cas. Piégée, pourchassée pendant des siècles, elle a bien failli disparaître en France. C’est la protection légale qui l’a sauvée in extremis dans les années 1980. Ses populations étaient alors réduites à peau de chagrin. Mais c’est du passé. Elle est de retour dans nos rivières. C’est un des plus grands carnivores du pays, plus costaude qu’un renard. Une vraie joie que ce regain : nul besoin de « réintroduire » la loutre, elle revient toute seule. Comme le loup.

Tous deux ont un autre point commun : après avoir encouragé leur élimination, l’État français les aime depuis quelques décennies au point de les avoir protégés par la loi, et même au point de leur consacrer des « plans nationaux ». C’est là que les choses divergent. Le « Plan national d’actions en faveur de la