Réintroduction d'ours sur le banc d'Arguin ?

Ségolène Royal refuse un nouveau lâcher d'ours dans les Hautes-Pyrénées

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, venue assister au lâcher de trois bouquetins, a plaidé samedi pour un "juste équilibre entre le pastoralisme et la réintroduction d'espèces", refusant en particulier le lâcher d'un nouvel ours en Hautes-Pyrénées et autorisant les battues de loups là où des attaques ont lieu. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a plaidé samedi pour un "juste équilibre entre le pastoralisme et la réintroduction d'espèces", refusant en particulier le lâcher d’un nouvel ours dans les Hautes-Pyrénées et autorisant les battues de loups là où des attaques ont lieu."Je veux un juste équilibre entre le pastoralisme et la réintroduction d'espèces sauvages", a déclaré à l'AFP la ministre en assistant à un lâcher de trois bouque

L'élevage : oui ; 
la mafia de l'élevage : non

par R.M.

L’élevage : oui, 
la mafia de l’élevage : non


Qui veut l’éradication des loups ? : des éleveurs ;
Qui veut l’éradication de l’ours ? : des éleveurs ;
Qui veut l’éradication des blaireaux (tuberculose bovine) ? : des éleveurs ;
Qui veut l’éradication des bouquetins (brucellose) ? : des éleveurs ;
Qui empoisonne les campagnols avec de la Bromadiolone en menaçant toute la chaîne alimentaire ? : des éleveurs ;
Qui s’oppose à la réintroduction du Bouquetin ibérique dans les Pyrénées ? : des éleveurs ;
Qui a démoli la charte des Parcs nationaux en les transformant en parcs à moutons ? : des éleveurs ;
Qui, au cœur des Parcs nationaux, demande l’élimination des marmottes : des éleveurs ;
Qui exige le tir des vautours ? : des éleveurs ;
Qui est à l’origine d’actes de violence inadmissibles : des éleveurs ;
Qui veut vivre dans une Nature aseptisé

Un écrin royal

par Pierre Badie

Madame Ségolène Royal,

Je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps.

Bien que ne partageant pas toutes vos idées, j’avais résolu de voter pour vous en 2007 contre l’incarnation concentrée de la société de consommation et révolté par les attaques dont vous étiez victime en tant que femme, forcément incompétentes aux yeux de la droite choucroute (depuis 2002) coalisée avec la droite museau-de bœuf vinaigrette ou sa variante arriviste Maxim’s ou encore de la gauche caviar de votre propre parti.

Il est vrai qu’à l’époque, j’écoutais encore Miss Maggie de Renaud et « La femme est l’avenir de l’Homme » chantée par Ferrat. Personne n’est parfait. On ne m’y prendra plus. Vous valez bien un homme machiste, et même votre obscur prédécesseur n’a pas fait tant de dégâts).

Vous avie

Protecteurs de la nature, serrons les rangs !

Les parcs nationaux : 0,1 % du territoire comme derniers sanctuaires de la biodiversité originelle sont morts

par Raymond Faure

La ministre de l'écologie qui vient annoncer le tir du loup dans un lieu plus que symbolique la maison du parc national des Ecrins n'est pas un hasard le message est clair avec des conséquences considérables.

Aménageurs , agriculteurs ,chasseurs, élus et fonctionnaires des établissements publics luttent depuis toujours contre la sanctuarisation qui est devenue quasiment une insulte dans certains discours avec pour résultat la création à minima des parcs nationaux et des réserves naturelles avec pour conséquences directes le rejet des grands prédateurs et leur interdiction d'exister.

Dans cette période de crise nous allons vivre la pire période de notre vie de naturalistes associatifs :

Drôles de loups

Quand d’étranges bêtes féroces parcouraient la campagne

Et si les « bêtes fauves » coupables de tant de méfaits dans les campagnes d’autrefois (et généralement assimilées aux loups) avaient été ici et là des molosses issus des amours coupables entre loups et chiens ?Qu’étaient donc ces « loups-lévriers » dont les archives nous relatent les méfaits ? Qu’en est-il des « loups noirs » , des « loups étrangers », des « bestes cruelles » et autres « masles bêtes » ?Est-il possible de déterminer l’identité de toutes ces « bêtes féroces » qui désolaient les campagnes au cours des siècles passés à partir d’écrits souvent difficiles à décrypter ? S’agissait-il de loups, de chiens, d’hybrides, d’autres animaux ?« Drôles de loups » propose quelques pistes pour tenter de répondre à cette questio

Loup : Non à la participation des chasseurs pour 75 pourcents des avis

Consultation publique : 75,04% des consultés sont défavorables à la participation des chasseurs à la “régulation” du loup

La consultation publique sur le « projet d’arrêté portant expérimentation pour la mise en œuvre de tirs de prélèvement de loups au sens de l’arrêté du 15 mai 2013 fixant les conditions et limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant le loup (Canis lupus) » a été cloturée le 11 juillet 2014.

Du 19/06/2014 au 11/07/2014, 2164 avis ont été postés sur le site du ministère, ce qui est loin d’être le cas de toutes les consultations, preuve de l’intérêt des français pour la question du loup.

Il faut remarquer que le ministère s’est permis de modifier le projet en cours de consultation (le 4 juillet), ce qui va sans doute

La biodiversité et les hommes nuisibles

Opinion - Biocentrisme, par Gérard Charollois

  • Les hommes nuisibles ont anéanti beaucoup d’espèces par cruauté, ignorance, cupidité, arriération.
  • Les hommes nuisibles n’aiment pas la nature, ne respectent pas l’animal, abordent le monde avec leurs pulsions de mort.
  • Les hommes nuisibles ont amené l’ours aux portes de l’extinction dans les Pyrénées et avaient fait disparaître le loup de nos forêts au début du 20ème siècle.
  • Les hommes nuisibles veulent transformer les parcs nationaux en parcs à moutons de rente qu’ils feignent de pleurer lorsqu’un prédateur tue la « douce brebis » mais qu’ils n’hésitent pas à vendre à l’égorgeur.
  • Les hommes nuisibles ne supportent ni les lynx, ni les renards, ni les fouines, ni les cormorans, ni les vautours, ni les femmes et hommes de mieux qui aspirent à

Le Meat-land

Ou comment rentabiliser la filière ovine française ?

Celui qui, au cours d’une balade en montagne, a la vue scotchée par le spectacle dantesque de centaines de cadavres de moutons dérochés, inertes, ensanglantés, voire soulagés par la mort pour les plus chanceux, doit tomber de bien haut selon l’expression terre à terre en se posant bien des questions. L’alarme donnée, l’éleveur en pleurs de rage ne tardera pas à venir constater, teint rouge sang ou livide selon son tempérament primaire/secondaire, suivi bientôt par une meute d’anti-loups, chasseurs en tête dont un probable général de louveterie diplômé (et assez remonté).

Scénario presque classique depuis que des montagnes de moutons venus d’on ne sait où se faire du lard au bon goût des fleurs protégées ont pris l’habitude de se suicider collectivement. Malgré une enquête dont il sera

Battues au loup : No pasaran !

Lettre ouverte à Christian Pichoud et Bertrand Galtier président et directeur du Parc National des Ecrins

par Frédéric Vigne

Bonjour,

J'ai toujours eu tendance à considérer l'élevage ovin comme une part intégrante de la vie montagnarde, étant moi-même issu d'une famille d'éleveurs transhumants, deux générations en amont il est vrai.

Pour autant, ce qui s'offre à nos regards actuellement n'a pas grand-chose a voir avec l'élevage traditionnel, mais tout avec de la divagation subventionnée d'une espèce domestique dans des zones sensées être dévolues à la faune et à la flore sauvage.

Concrètement, une poignée d'éleveurs - ou supposés tels - qui refuse de protéger son cheptel comme il devrait l'être, et que l'Etat refuse de contraindre en y conditionnant les primes qui

Protection de la biodiversité : dysfonctionnement inacceptable dans le cœur du parc national des Écrins

Communiqué FNE, LPO, FRAPNADepuis jeudi matin, suite à une attaque de loup sur un troupeau de brebis, des équipes constituées d’agents du parc national des Ecrins et d’éleveurs sillonnent le cœur de ce parc national en allumant des pétards de forte puissance pour tenter de repousser le loup en dehors du cœur dans le but de l’abattre. Vers des cœurs de parcs nationaux moins protégés ? 


En France, le cœur des parcs nationaux constitue un des statuts les plus protecteurs pour notre patrimoine naturel. Depuis la réforme du statut de parc national de 2006, FNE a dénoncé un risque de fragilisation du niveau de protection, d’autant plus avec les coups régulièrement portés dans ces espaces .



Les démarches engagées par le parc national des Ecrins pour effaroucher les loups du cœur de ce parc constituent une nouvelle et grave entorse à la préservation

Pierre Athanaze : Ségolène Royal a franchi la limite

L'Assemblée autorise les éleveurs à abattre les loups : Ségolène Royal a franchi la limite

Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie, a déposé un arrêté permettant d'abattre 36 loups contre 24 auparavant. Une bonne nouvelle pour les éleveurs, un mauvais signal pour les défenseurs de la nature. Quels sont les conséquences de cette décision ? La ministre remplit-elle sa fonction ?

L'opinion de Pierre Athanaze, naturaliste et forestier.

C’est à Valouise, le 5 juillet, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle Maison du Parc national des Écrins, que Ségolène Royal a franchi la ligne blanche qu’aucun autre ministre de l’écologie n’avait osé franchir avant elle, et s’est désengagée de la protection des parcs nationaux.

Ségolène Royal ne remplit pas sa mission

Hautes-Alpes : le préfêt se couvre de ridicule

Le préfet, dans l'illégalité la plus totale publie un décrêt "pour éviter que la colère ne gronde"; décrêt qu'il abroge le lendemain. L'orage est passé, les pastorâleurs excédés sont rentrés chez eux. Voilà à quoi en est réduit Pierre Besnard, le préfêt des Hautes-Alpes : des enfantillages illégaux !

Communiqué de l'ASPAS

Délinquance : le préfet anti-loup retire ses arrêtés illégaux

Pas fier, le préfet des Hautes-Alpes, après sa tartarinesque battue aux loups (espèce protégée) en plein cœur du Parc national des Écrins (espace protégé), qui n’a rien donné. L’ASPAS et la LPO PACA l’attaquent. Monsieur Besnard retire alors discrètement son arrêté d’autorisation de tir, qu’il savait illégal…Hier matin 10 juillet à 5 heures, une battue « d’effarou

Ce dégoût qui m’étreint (à propos du loup)

par Fabrice Nicolino

Si je pouvais changer en force matérielle le dégoût qui me ravage, je crois réellement qu’ils seraient tous balayés. Tous les salauds, et ça fait du monde. Je suis au-delà de l’écœurement, au-delà du pleur, mais en pleine souffrance, car d’épouvantables humains sont en train de se livrer à une chasse au Loup, à l’ancienne, comme les barbares qu’ils sont et seront. Vous lirez plus bas deux communiqués, qui disent les faits. Un parc national français met la main à la belle ouvrage, organisant une battue de manière qu’un loup sorte de l’espace soi-disant protégé avant d’être abattu.

C’est immonde, c’est évidemment une régression sans appel, et cela ridiculise un peu, beaucoup, toutes ces excellentes personnes qui ont cru en la pompeuse « politique de protection de la nature ». Cette politique lancée en 1971 par la créa

Non à la régulation cynégétique d’une espèce protégée

"Le projet d'arrêté modifie radicalement la politique menée jusqu’à présent ainsi que le statut juridique du loup qui passe du statut d’espèce strictement protégée à celui d’espèce chassable."

Le ministère de l'Écologie a lancé depuis le 20 juin et jusqu'au 11 juillet 2014, une consultation électronique du public sur un projet d'arrêté autorisant les chasseurs à organiser des tirs de prélèvement du loup à l’occasion de chasses ordinaires dans 57 communes des départements des Alpes Maritimes, des Alpes-de-Haute-Provence, de Savoie et du Var.

Il vient de lui substituer un nouveau projet tout en maintenant les délais initiaux de la consultation, alors même que ce projet entraîne des changements substantiels en étendant à tous les départements un dispositif d'autorisation d

Quelque émoi dans les Hautes-Alpes pour éviter que la colère ne gronde

UBU est roi

Le Valgaudemar est une vallée authentique, fière de ses traditions, située au coeur du Parc National des Ecrins. Écrasé par d'abrupts versants, dominé par de hautes cimes, le Valgaudemar, site sauvage entre tous, a conservé son authenticité.”La semaine dernière, 3 prédations impuées au loup ont eu lieu dans le Valgaudemar, dans la zone coeur du parc National des Ecrins. "Qu'est-ce qu'un Parc national ?

C'est un territoire généralement vaste dont la richesse biologique, la qualité paysagère, l'intérêt culturel et le caractère historiquement préservé justifient une protection et une gestion qui garantissent la pérennité de ce patrimoine considéré comme exceptionnel.”peut-on lire dans une digne des bisounours ou dea bibliothèque rose Qu’est ce qu’une zone coeur ?

M. le Maudit

Nous nous reverrons, et ce jour-là, nous serons à égalité.

C’est une histoire sans fin mais qui pourtant s’achèvera sans doute bientôt; une histoire que l’on veut en couleurs mais a qui le noir et blanc irait si bien, comme dans ce vieux film de Fritz Lang a qui j’ai emprunté le titre. Une histoire sans nuances, sans pitié et sans pardon.Je suis le Maudit, l’ennemi public, l’éternel étranger, et ce depuis que certains hommes ont été capables d’ inventer des légendes et la grande masse des autres hommes d’y croire, tandis que les petites filles en perdaient le sommeil.Je suis celui avec lequel vous ne serez jamais ami, avec lequel vous ne ferez jamais la paix, juste peut-être une fragile trêve que vous romprez au premier frisson, à la première rumeur venue, au premier mouton tué, et pas forcement par moi mais qu’importe, au fond?Je ne fais pas de

L'ours qui a vu l'homme

Rencontres avec la bête dans les récits d'exploration de la nuit des temps à nos jours

Terrifiantes, drôles, émouvantes, cocasses, les plus incroyables rencontres entre l'homme et l'ours sont réunies dans ce florilège. Que se passe-t-il quand, dans une caverne obscure ou sur les glaces éblouissantes, le regard d'un ours croise celui d'un homme ? De la nuit des temps au désastre écologique actuel, Charlie Buffet explore une dizaine d'histoires singulières, autant de "rencontres avec des ours" qui n'ont pas toutes le goût du sang. Car dans les yeux du fauve, il y a le reflet de l'Homme que nous sommes : terrifié ou méprisant, attendri au point de l'habiller de peluche ou angoissé par sa disparition annoncée... Les plus hardis choisissent de l'approcher sans arme, rêvant d'effacer la frontière qui nous sépare du règne animal. Pour le meill