L’oursonne Auberta retrouvée morte dans le Val d’Aran

Remise en cause de l'utilité de la pose d'un émetteur abdominal

Lleida. (E) Auberta, l’oursonne de Fadeta qui avait été découverte à Aubert, dans le Val d’Aran vivait en semi-captivité dans un grand enclos. Les contacts avec les humains avaient été évités au maximum. Elle devait être réintroduite dans les Pyrénées. Cette réintroduction attendue ne se fera pas. Auberta a été retrouvée morte dans son enclos dans la matinée du vendredi 21 novembre 2014 a confirmé Jose Enric Arró, le ministre de l'Agriculture du Conseil Général d'Aran. Une autopsie va être réalisée.

Cette oursonne avait été récupérée, âgée de tois mois, le mercredi 16 avril par des habitants à proximité du village d'Aubert, dans le val d'Aran (versan espagnol des Pyrénées), sur la route entre Vielha et la frontière Française. D'où son nom. Pyros était à la fois le père et le

Bargy: l’abattage des bouquetins est reporté

CNPN : un groupuscule ultra minoritaires d'hyper activistes

Le préfet de la Haute-Savoie a annoncé vendredi qu'il n'y aurait "pas d'abattage total" des 300 bouquetins du massif du Bargy, atteints de brucellose, contrairement à ce qui avait été annoncé fin septembre."Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, m'a demandé (...) que le protocole d'éradication de la brucellose des bouquetins du Bargy soit revu, afin d'intégrer les dernières données scientifiques disponibles", indique le préfet Georges-François Leclerc dans un communiqué."Il n'y aura par conséquent pas d'abattage total des bouquetins du massif du Bargy dans les jours qui viennent", ajoute-t-il.Le nouveau protocole d'éradication "sera connu début décembre", selon la même source.Fin septembre, le préfet avait an

Gérard Longuet : une sale bête

Manger : une mauvaise habitude

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane le Foll, a paraît-il, selon france 3, “écouté les doléances présentées par les élus et éleveurs lorrains” à propos du loup.

On a un gagnant ! La doléance de Gérard Longuet, sénateur UMP de la Meuse est une petite perle de bêtise, et dans bêtise il y a bête...

Gérard Longuet : "C’est une sale bête, une sale bête qui a pris de mauvaises habitudes depuis toujours, celle de manger les autres. Alors bon, peut-être que dans la finance ou la politique on peut se manger les uns les autres, mais pour l’élevage et pour l’élevage agricole (sic), pour l’avanir de notre département, on ne veut pas de loups et on veut pouvoir prendre les mesures qui s’adaptent, c’est à dire des chasses préventives.”

Des bêtes qui en mangent des autres,

Taureau au Banyuls

Dimanche 16 novembre, lors d'une battue au sanglier à Banyuls-sur-mer, « un rabatteur était en train de “piquer” dans le bois lorsqu’il est tombé sur un taureau en liberté sans bague d’éleveur aux oreilles. Il a alors tenté de récupérer les chiens et s’est fait charger. Il a été légèrement blessé au visage. Il était choqué et ne savait plus quoi faire. C’est un autre chasseur, conscient de la dangerosité de la situation, qui lui a dit d’abattre l’animal».

Les chasseurs ont été « contraints » d’abattre le taureau qui a chargé le piqueur du groupe.

A Banyuls, "une certaine omerta" semble régner autour de l’incident. Les chasseurs du cru craignent vraisemblablement d’éventuelles réactions des défenseurs des animaux. Selon la Fédération des chasseurs, le taureau aurait ensuite été transporté au local de chasse « pour des raisons d’hygiène…

Tigre de Seine et Marne : l’ASPAS dénonce l’incompétence des autorités

par Planeteanimaux.com

Pierre Athanaze est une figure incontournable de la protection animale en France. Naturaliste et forestier, ancien administrateur de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, il est depuis 2008 le Président de l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages). Il lutte contre les «massacres» de la chasse, dont le déterrage des blaireaux est pour lui l’un des plus sordides visages. Il milite également pour le «réensauvagement» de nos régions. Récemment, il a été choqué par « l’incompétence » crasse des autorités forestières dans la gestion de l’affaire du « tigre » de Seine et Marne, qui s’est au final révélé n’être qu’un chat. Il s’explique dans la tribune ci-dessous, publiée sur le site planeteanimaux.com.

Pierre Athanaze : "Fier et sûr de lui,

Une nouvelle espèce invasive en Europe : Planeita punctoris

Une nouvelle invasion d’espèce en Europe sème le chaos dans notre pays. Le premier ministre a déclaré : « c’est un problème de sécurité majeure ! Tous les services de l’état sont mobilisés. »

par Patrick Leyrissoux

Qu’en est-il au juste ? Commençons par le début...

Un peu d’histoire

Planeita punctoris (nom commun : planche à clous) n’est en fait pas vraiment une espèce nouvelle. Elle est connue depuis quelques siècles et sa genèse est un peu obscure. On sait seulement que c’est un hybride domestique, issu du croisement de deux autres espèces domestiques : Planeita populus (la planche) et Punctoria punctoris (le clou commun à tête plate). Cette espèce, parfaitement inoffensive, est inféodée aux milieux rupestres et obscurs : fond

Prise de bec autour des vautours

Victime de rumeurs et d’une image déplorable, ce rapace est pourtant un «éboueur» très utile pour les tenants de l’équarrissage naturel. Reportage dans la Drôme auprès d’éleveurs et d’associations de protection.

par Coralie Schaub

Cet après-midi d’octobre, Julien Traversier débarque au bout d’un éperon rocheux surplombant les gorges de l’Eygues, dans la Drôme provençale. Il est seul dans son 4x4, mais 180 paires d’yeux l’observent. Les yeux perçants de vautours, qui tournoient lentement dans le ciel avant de fondre sur l’objet de leur convoitise. Julien est reparti mais a laissé quatre carcasses de brebis. Les vautours fauves se servent en premier. On les croirait sortis d’une BD de Lucky Luke, avec leur dos voûté, leur collerette de plumes duveteuses et leur long cou, qu’ils plongent dans les tissus mous du bétail

Pétition pour une véritable politique nationale de protection de la nature

La LPO se fait l'écho de l'appel de l'ASPAS adressé au Président de la République pour qu'une véritable politique nationale de protection de la nature soit mise en place. La Buvette des Alpages aussi.

Considérant que de récurrentes agressions contre les espèces et les espaces protégés ont été orchestrées par les pouvoirs publics et le ministère de l'Écologie ces derniers mois.De bien tristes exemples…

  • Le 10 juillet, une battue d'effarouchement au loup (espèce protégée !) a été organisée en plein cœur du Parc National des Ecrins (espace protégé !).
  • La Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie signe un arrêté autorisant les chasseurs à tirer des loups lors des chasses au grand gibier dans 20 départements. Dernièrement les chasseurs ont tiré trois loups où ils ne pouvaient en tuer

Grande promotion sur le calvados sur présentation de son permis de chasse

La troisième bouteille gratuite?

Samedi 15 novembre 2014 (Calvados) Arrêté avec 2,1g d'alcool après une battue. Les gendarmes du peloton motorisé de Pont-l’Evêque ont arrêté hier un chasseur qui revenait d’une battue. L’homme originaire de Pennedepie roulait avec 2,1g d’alcool dans le sang. Son permis a été retiré sur le champs et risque une suspension pendant six mois.

Dimanche 16 novembre 2014 - (Calvados) : Un chasseur arrêté avec 2,28g d'alcool dans le sang. Un homme, habitant à Saint-André-d’Hébertôt et qui revenait d’une chasse à Orbec, a été contrôlé à 16h45 avec un taux de 2,28g d’alcool dans le sang sur la RD579 au Breuil-en-Auge par les gendarmes du peloton motorisé de Pont-l’Evêque. Son permis a été retiré sur le champs et il risque une suspension du permis de conduire pendant six mois. Il sera convoqué prochainement au trib

Un treizième loup abattu dans les alpes de Haute-Provence

16 novembre 2014 - Hautes-Duyes (Alpes-de-Haute-Provence)

La préfecture des Alpes de Haute-Provence a annoncé, le lundi 17 novembre, qu’un loup avait été prélevé la veille sur la commune de Hautes-Duyes, près de Digne-les-Bains .

Et cela, « en application des dispositions du plan d’action national loup et afin de réduire l'exposition des troupeaux à la prédation, le préfet des Alpes de Haute-Provence a autorisé, le 24 septembre 2014, pour une durée de 2 mois, une opération de tir de prélèvement de deux loups dans les communes d’Authon, Auzet, Barles, Hautes-Duyes et La Robine-sur-Galabre. C’est dans ce cadre qu’un loup a été prélevé », précise la préfecture.

C’est le treizième loup abattu depuis le 1er juillet 2014, le début du plan Loup 2014-2017. -

A propos de la forêt et des milieux dits ouverts, Rencontre avec Gilbert Cochet

La progression de la forêt et l’augmentation des populations d’ongulés sauvages sont pour beaucoup dans le retour du loup. Pourtant, même chez les écologistes, l’avancée de la forêt au détriment des milieux dits “ouverts” ne fait pas l’unanimité. Qu’en est-il vraiment en termes de biodiversité ? Est-il si important de maintenir des milieux ouverts ? Le point avec Gilbert Cochet

Naturaliste de terrain reconnu, Gilbert Cochet est agrégé de sciences naturelles, correspondant au Muséum d’histoire naturelle et expert auprès du Conseil de l’Europe. Propos recueillis par Florence Englebert Florence Englebert : Les écologistes sont partagés sur les conséquences de la déprise agricole et l’avancement de la forêt… Vous y voyez une chance pour la nature ?

Gilbert Cochet : Oui car la nature en France -

3 loups abattus ensembles dans le Var: le quota est depassé

Deux loups mâles et une jeune femelle ont été abattus ce mercredi matin à Aiguines, sur le plateau de Canjuers, lors d’une « battue au grand gibier ».

Selon Var Matin, « les chasseurs étaient encadrés par un lieutenant de louveterie », ce que l’ASPAS et FERUS démentent chacune dans leurs communiqués. La direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) aurait précisé que « Les conditions de ces derniers tirs de prélèvement n'ont pas permis de respecter le quota fixé par arrêté préfectoral ». Les trois loups, qui évoluaient au sein d'une même meute, ont été tués quasi simultanément. « C'est un fait tout à fait rare. » a précisé Vincent Chery, adjoint au directeur de la DDTM. L'information, diffusée sur les réseaux sociaux, aurait été confirmée par la préfecture du Var, sans que personnellement, je

Cosa Nostra

Cosa Nostra (Congrégation Œcuménique Syndicale Agricole de chez nous)

Par Bernard Pesle-Couserend Mes chers coreligionnaires, C’est un grand moment pour moi et le syndicalisme agricole que de vous recevoir incognito dans nos locaux pour cette assemblée générale annuelle de COSA Nostra. Oui, incognito, car il ne faudrait pas que le grand public s’en aperçoive : cela ferait mauvais genre, après tout le mal qu’on s’est donné…
C’est donc avec une émotion certaine que moi, secrétaire général du plus grand syndicat agricole du Vieuxconistan, le Rassemblement Agricole Pour l’Accaparement des Crédits Européens (le RAPACE), je vous accueille vous, les dirigeants des deux autres syndicats agricoles de notre beau pays que le monde entier nous envie de loin, de dos, et dans le brouillard.


Merci donc au secrétaire général de

François Moutou: Loup, à propos des arrêtés ministériels parus dans le Journal Officiel du 04 juillet 2014

Les décisions retranscrites dans ces nouveaux textes sont de nature exclusivement politiques, peut-être même culturelles, et cherchent à acheter une paix sociale au détriment des connaissances biologiques acquises depuis un demi-siècle sur l'espèce loup et sur les écosystèmes concernés, naturels et modifiés d'un côté et sans tenir compte des difficultés réelles de l'élevage ovin de l'autre

Le Plan d’action national loup, dans sa nouvelle version (2013-2017) prévoit des "interventions" directes sur le prédateur, dans le cadre d’une réglementation revue chaque année en fonction des effectifs et de la répartition de l’espèce. Extrait du « Courrier de la Nature » n° 285 de septembre-octobre 2014

par François Moutou Docteur Vétérinaire, administrateur de la SNPN

Le bonheur est dans la subvention

La FDSEA pour la régulation des grues cendrées... et pour une belle enveloppe

: Inquiets des quelques dégâts provoqués par les volatiles (NDLB : Des grues cendrées ! ) dans leurs champs, les agriculteurs ont négocié une enveloppe de 100.000 euros auprès de la Région Champagne-Ardenne. «Les nuisances sont surtout dues au nombre croissant de grues qui restent pendant l’hiver, et en cas de surpopulation déraisonnable il faudrait réguler cette espèce », estime pour sa part Jean-Louis Blondel, le président de la FDSEA de Haute-Marne.

Les inspecteurs du travail dénoncent les appels à la violence de la FDSEA

"Ces différentes actions n’étaient que symboliques"

Pris à partie lors de la manifestation des agriculteurs, hier mercredi à Châlons-en-Champagne, les inspecteurs du travail en appellent à leur ministre, qui n'a pas tardé à réagir.

Les images d’une voiture en feu véhicule siglée « Direccte Champagne Ardenne » lors de la manifestation des agriculteurs, hier mercredi à Châlons, auront été celles de trop. Les représentants CGT des inspecteurs du travail de Champagne-Ardenne ont écrit ce matin au ministre du travail, François Rebsamen, à leur DRH et à leur direction afin d’exiger « de l’ensemble de la ligne hiérarchique une condamnation immédiate, publique et sans équivoque de ces actes et la tenue d’une réunion en urgence au plus haut niveau ».« Dix ans après le double assassin

Sommes-nous capables d’élever des moutons ?

Un formulaire, deux patous fugueurs, une visite aux brebis et une clôture mal bricolée n’ont jamais été une protection réelle

par Pierre Rigaux

Il y en a qui n’ont pas peur du ridicule. Pas peur d’affirmer qu’on ne peut pas élever des moutons s’il y a des loups, que loup et pastoralisme sont incompatibles. Pas peur d’affirmer que le premier va faire disparaître le second, laissant bientôt la France ensevelie sous la saleté des broussailles et la noirceur des forêts. Le retour du loup c’est la mort de la pâture, et hors de la pâture, point de salut. Les ténèbres.

C’est amusant, car la France des ingénieurs montre chaque jour ses capacités à bidouiller des gènes et des nanoparticules, à jouer avec des centrales nucléaires et des satellites, à se promener dans l’espace depuis quarante ans. Et on ne serait pas