Expérience : Le grizzly est un malin

L'ours, son repas et le courant électrique

Etats-Unis - Une expérience a été réalisée dans le but d’éloigner les chasseurs du territoire des ours et les ours du territoire des chasseurs. Celle ci a prouvé à quel point l'ours peut être inventif. “Vital Grounds”, une organisation américaine qui prône le bien-être des ours avait équipé une carcasse d’une biche d’un équipement électrique relié à une batterie. L’association voulait tester un dispositif pour voir s’ils parvenaient à effrayer les ours et à les éloigner des endroits où les chasseurs ont l’habitude de les tirer. Le dispositif en place, assez vite, un grizzly s’approche, intéressé par le fumet de la carcasse. Après un premier choc électrique, l’ours s’éloigne rapidement. L’expérience est réussie pourriez vous penser, mais le grizzly, toujours intéressé par la promesse d’un repas

Résultats de la nécropsie de l'ours Balou

L'autopsie ne permet pas de déterminer la cause de la mort de Balou

L’ours Balou avait été retrouvé mort le 9 juin à Melles

A la suite de la découverte de la dépouille de l'ours Balou le 9 juin 2014 sur la commune de Melles (31), sa carcasse a été acheminée le 11 juin à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse afin de procéder à des examens pour rechercher les causes possibles de la mort de l'animal.

L'ensemble des examens a été réalisé sous la direction du Professeur Jacques Ducos de Lahitte de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (), en présence des représentants de la DREAL Midi Pyrénées et de l'ONCFS équipe ours, les 11 et 12 juin 2014.

En résumé, les clichés radiographiques réalisés et les analyses toxicologiques effectuées ont permis d'écarter les hypothèses liées à la présence de proje

FERUS demande à nouveau le remplacement de l'ours Balou et court-circuite Ségolène Royal

Ours Balou : le dossier arrive sur le bureau du Premier Ministre

Communiqué de presse de Ferus du 17 septembre 2014 Les résultats de l’autopsie de Balou sont enfin connus. FERUS attend toujours la décision gouvernementale pour le remplacement de cet ours. En juin dernier, l’ours Balou réintroduit en 2006 a été retrouvé mort sur les hauteurs de Melles (Haute-Garonne). L’autopsie a écarté toute implication humaine dans sa mort. (Voir la ).FERUS rappelle sa demande de remplacement de cet ours ainsi que le renforcement nécessaire de la population d’ours des Pyrénées, conformément aux préconisations du Muséum National d’Histoire Naturelle). Lire ".Cette demande a été formulée à Ségolène Royal, alors ministre de l’Écologie, le 11 juin dernier. Depuis, Madame Royal a prouvé son incompétence sur ce doss

Attert: Des chevaux blessés et apeurés

Des chevaux attaqués dans la région d'Attert: c'est peut-être le loup.

Belgique (Province de Luxembourg) - Des incidents qui impliquent des chevaux se multiplient depuis une dizaine de jours autour du petit village de Nobressart (Attert). Un prédateur semble effrayer ou attaquer les animaux. Aucune mesure particulière ne semble cependant nécessaire pour le moment.

C’est une certitude : un prédateur rôde dans les environs du village de Nobressart (Attert). Et, depuis une dizaine de jours, il s’en est pris à plusieurs chevaux, dans leur pâture. Si aucun « élément objectif », comme dit par les autorités, ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’un loup, cette hypothèse ne peut pas non plus être écartée. Les faits :Une pouliche prend la fuite et se tue La première attaque a eu lieu voici environ 10 jours

Jean-Marie Bernard: Je vais mettre en place une prime pour les chasseurs de loup

A la suite du nouvel arrêté autorisant le prélèvement de trois loups dans les Hautes-Alpes, le maire de la commune de Dévoluy Jean-Marie Bernard a d’abord réagi sous le ton de la boutade. « Je vais mettre en place une prime pour les chasseurs de loup ».

Une manière pour l’élu UMP d’entretenir l’adage qui veut que derrière chaque plaisanterie, se cache un fond de vérité : « L’Etat devrait établir une prime aux chasseurs qui tueraient l’animal. Ce serait une solution pour l’éradiquer. Il faut intéresser les chasseurs. On voit bien qu’organiser une battue de temps en temps ne fonctionne pas et peut même accentuer le désintérêt. La cohabitation n’est pas possible. Je préfère encore voir des éleveurs que des loups dans les montagnes ».Source :

Jean-Marie Bernard (UMP)

Meuse: les tirs de prélèvement sont suspendus

Le juge des référés du tribunal administratif de Nancy vient de suspendre l’exécution d’un arrêté de la préfète de la Meuse qui ordonnait la réalisation de tirs de prélèvement en vue de la protection des troupeaux domestiques contre la prédation du loup. Explications...

Le jugement

Pour le juge des référés, l’étude des pièces du dossier révèle que :

  • "la mesure consistant, à titre dérogatoire, à prélever un animal de l'espèce «Canis lupus» dans une zone territoriale définie, porte une atteinte suffisamment grave et immédiate aux intérêts que les associations requérantes entendent défendre. Ainsi la condition tenant à l'urgence est remplie" ;
  • "il n'est pas contesté que les tirs de défense pour certains éleveurs se sont révélés efficaces”;
  • "des mesures de protec

Loups : la FDSEA en appelle à l'armée

Hautes-Alpes : Ce n'est plus la chasse au loup que désirent la Confédération paysanne et la FDSEA, c'est la guerre au loup

La FDSEA a lancé l'idée auprès du préfet. Une solution, qui grâce à des technologies de pointe, pourrait peut-être permettre de tuer le nombre de loups autorisés par le plan national loup.

En tout cas, René Laurans, le président de la FDSEA 05 l'a évoqué. Pour lui, l'ensemble des solutions de prévention et de protection ont montré leur limite avec une nouvelle année record en matière de prédation. ()

Vidéo à partir de 8 minutes 29 secondes.

Prélever des meutes

Lors d'une organisée par la Confédération paysanne à La-Chapelle-en-Valgaudemar, dans les Hautes-Alpes toujours, les représentants de la profession agricole parlent là de prélever des meutes entiè

Hélène Masson-Maret: Le pastoralisme va s'en tirer

Hélène Masson-Maret, sénatrice UMP des Alpes-Maritimes, a déposé le 24 juillet dernier au Sénat une proposition de résolution européenne visant à rétrograder le statut protégé du loup demandé par les syndicats agricoles.



La Buvette lui pose des questions avec une précision chirurgicale !

Dans un rapport d'information parlementaire publié en mars dernier, Mme Masson-Maret ainsi que le sénateur socialiste André Vairetto (Savoie) avaient appelé à réintégrer le loup dans l'annexe 3 de la Convention de Berne, au titre d'"espèce protégée simple" alors qu'il est actuellement classé comme espèce "strictement protégée" afin de défendre "l'agropastoralisme sur nos territoires".



Dans sa résolution, la sénatrice souligne que la population des loups "s'accroît de près de 20% par an"

Ourse Daniza: la polémique enfle en Italie

La polémique enfle en Italie après la mort d'une mère ourse dans les montagnes du Trentin. Il faut dire que Daniza, c'est le nom de l'animal qui faisait partie d'un programme de repeuplement des ours, laisse à présent deux oursons de 7 mois orphelins.

L'ours avait fait la une de l’actualité le 15 aout dernier, « signant son arrêt de mort ». Ce jour-là, un cueilleur de champignons un peu trop curieux, avait dérangé la mère et ses deux oursons provoquant une réaction plus que naturelle. L'homme avait été blessé par de gros coups de griffes au genou et au dos."Il faut la capturer et pourquoi pas la tuer!", avaient alors hurlé en cœur fermiers et chasseurs. Un mois de chasse à l'ours, sans résultat. Daniza snobait les pièges remplis de nourriture préférant entrer dans les étables pour s'en prendre aux chèvres et aux moutons, nargua

Hautes-Alpes : Au total 3 loups pourront être tués pour l'ouverture de la chasse

Pas encore content, le Préfêt Pierre Besnard fait du racolage par voie de presse

« Suite à une augmentation extrêmement importante d'attaques de loups sur une grande partie du département, le Préfet des Hautes-Alpes a décidé d'autoriser des tirs de prélèvement pour trois loups dans les secteurs du Queyras et du Dévoluy.Un tir de prélèvement sera organisé pour deux loups selon les procédures expérimentales prévues par l'arrêté du 5 août 2014. Il sera placé sous le contrôle du Chef du Service Départemental de l'Office National de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) et dirigé par un lieutenant de louveterie.Un tir de prélèvement classique sera déclenché pour un loup. Un second arrêté de tir de prélèvement expérimental est également en préparation. »

Pierre Besnard racole

« Par ailleurs, le Préfet rappelle au

FNE: Loup, une régression inacceptable

Les députés ont adopté aujourd’hui en dernière lecture le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture et de la forêt. Le recul majeur de ce projet est sans doute dans les dispositions adoptées pour élargir les possibilités d'abattage de loups, au mépris des conditions dérogatoires juridiquement requises et au risque d’un nouveau contentieux communautaire.

Article 18

L’article 18 vise explicitement le loup et met les fédérations de chasse en responsabilité dans les opérations de tir de prélèvement du loup. Bien qu’espèce protégée, la réglementation communautaire et nationale autorise de déroger à cette protection à la condition que le tir de prélèvement intervienne après que toutes les alternatives ont été mises en oeuvre et qu’il y ait des dommages importants aux élevages. Ces tirs de prélèvement, puisque l’on ne se si

Territoires et pasteurs évaporés : entre sauvagitude(s) et naturalité(s)

Ce soir : café mystico-ovinosophique !

« Depuis un siècle, la société a considérablement évolué et le pastoralisme s’est beaucoup transformé, tout en préservant des continuités avec son histoire. Une de ces évolutions touche la place du pastoralisme dans les espaces pastoraux. Le pastoralisme et les espaces pastoraux ne sont en effet plus seulement l’affaire des acteurs pastoraux ni une affaire seulement pastorale : ils concernent tout autant les questions récréatives, environnementales, culturelles, etc. (...) L’objectif est de cerner ce qui rassemble et ce qui différencie les situations pastorales. Peut-on parler de pastoralisme et de pastoralité ou la diversité des cas de figure impose-t-elle d’employer le pluriel ? »

Ne vais-je pas perdre ma clientèle si au bar de la Buvette, j’apose une af

Les vautours représentent une nouvelle opportunité financière pour les acteurs ruraux pyrénéens

La fin du robinet de l'argent de l'ours

L’ours n’est plus ce qu’il était, bientôt éteint en Béarn, toute une partie des “valléens” va voir une de ses sources de financement se târir. les cabanes ont été reconstruites avec l’argent de l’ours, un échange sous contrat qui a permis de se débarasser de la contrainte, l'ours, tout en gardant l'argent destiné à faciliter la cohabitation.

L’ours, compté et recompté à de multiples reprises par les soins de l'IPHB, s’est éteint à petit feu pastoraux et Lassalien. On l’a un peu aidé, certes, quelques balles perdues, des heures de discussions interminables sous l’égide patrimoniale de l’IPHB - tiens, qu'en est-il de l’audit?- et nous voilà avec deux mâles aux burnes désêchées par manque de circulation séminale.

Le vautour, c’est l’avenir !

Il y a bien eu le dossier de

Canonisons Ségolène du Bargy

Communiqué de presse FRAPNA / LPO

Ségolène Royal décide l'extermination de tous les bouquetins du Bargy

Samedi 6 septembre, en redescendant du Nid d'Aigle vers Saint-Gervais pour l'inauguration symbolique du refuge du Goûter, Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, a déclaré qu'elle voulait "assainir" le massif du Bargy. Voici en substance ce qu'a dit la Ministre : "Je souhaite protéger la qualité des productions du terroir donc il faut assainir le massif et nous prendrons les mesures qui s'imposent et que dans un second temps, la réintroduction du bouquetin se fasse sur un territoire assaini." Elle a en outre indiqué que les opérations débuteraient à compter du 1er octobre prochain. Durant le discours qu'elle a prononcé ensuite devant les invités et la presse, elle a simplement mentionné la longue disc

Le butteur de butor butte sur l’article 415-3

Il ne faut pas prendre un butor pour un canard sauvage

Le 9 janv. 2010, Monsieur Guillaume C a abattu un butor étoilé, oiseau appartenant à une espèce protégée. L'association PICARDIE NATURE a déposé le 25 mars 2010, entre les mains du Procureur de la République d'Amiens, une plainte qui a été classée sans suite, après rappel à la loi du contrevenant.C'est dans ces circonstances que, par un acte d'huissier du 26 juin 2012, l'association PICARDIE NATURE a fait assigner Monsieur C devant le Tribunal d'instance d'Amiens aux fins de le voir condamner au paiement d'une somme de 4.000 EUR à titre de dommages et intérêts en application des art. 1382 du code civil et L 142-2 du Code de l'environnement, ainsi qu'au paiement d'une indemnité de procédure d'un montant de 1.000 EUR.Monsieur C s'est opposé à ces demandes et a sollicité la condamnation de l'association P

Loup: Un recours en référé contre les tirs de prélèvement en Lozère

Le climat entre le ministère de l'écologie et les associations de protection de l'environnement s'est fortement dégradé depuis l'arrivée et les décisions de Ségolène Royal à propos de la Faune sauvage.

Toutes les associations environnementales qui participaient au Groupe National Loup ont claqué la porte. Pour ne pas être en reste, les associations pastorales "Éleveurs et Montagnes" (PACA) et "Le Cercle" (Collectif des éleveurs de la région des Causses et de la Lozère) ont décidé de boycotter la réunion technique du Groupe national loup d'aujourd'hui, 10 septembre 2014 "parce qu'elle sera uniquement consacrée aux mesures de protection". Christophe Castaner va se retrouver bien seul...

Curieusement, les associations d'éleveurs demandent au gouvernement "d'appliquer le plan loup, tout de suite"... alor

Projet Coyote favoriser la cohabitation

Comme la plupart des comtés de l'Ouest, le comté de Marin, en Californie, avait passé un accord avec Wildlife Services pour éliminer les prédateurs, un service subventionné par le gouvernement fédéral au profit des éleveurs. Mais en 2000, le projet de cette agence d'utiliser le composé 1080s - un poison mortel - dans des colliers que porterait le bétail, pour tuer les coyotes qui s'y attaqueraient, avait soulevé l'indignation publique contre cette agence qui pratiquait déjà la pose de pièges à loups, l'extermination des bébés dans leurs tanières et d'autres méthodes barbares de contrôle de la faune sauvage. Le conseil du comté de Marin décida de mettre fin au contrat qui le liait aux Wildlife Services. Le conseil d'administration mit en place une solution plus humaine au problème de la prédation. C'est un programme communautaire qui aide les éleveurs à gérer plus ef