30 ans d'Histoire de la consommation de viande ovine en France

Le graphique ci-dessus récapitule l’historique de la consommation de viande ovine en France depuis trois grosses décennies.

Commentaires de Marc Laffont

Début des années « 80 » : une consommation d’environ 4 kg équivalent carcasse (kgec)/habitant/an, assurée approximativement par de la production indigène à 80 %.Du milieu des années « 80 » jusqu’au premier tiers des années « 90 » : (NDLB: entre les deux premiers traits verticaux) une consommation totale et une consommation par habitant qui augmentent (5,5 kgec/hab/an vers 1992/1993, record). Mais cette hausse est en trompe l’œil : elle se réalise sur l’accroissement, très net, des importations qui ont a peu près triplées en 10 ans.

Dans le même temps, la production hexagonale a chuté de bien

Cap loup : Le vote des sénateurs est une trahison

Communiqué de CAP Loup du 18 avril 2014 collectif des associations pour la protection du loup en France (Animal Cross, ASPAS, FERUS, LPO PACA, 1000 traces, SFEPM, WWF)

Condamné par les sénateurs, le loup sera-t-il sauvé par les députés ? Les associations veulent y croire

À l’occasion de l’adoption du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, les sénateurs ont voté le 14 avril dernier un amendement qui fait du loup, espèce pourtant strictement protégée, une espèce similaire à celles classées « nuisibles ». Le loup pourra ainsi être tué à l’occasion de « battues administratives aux animaux nuisibles » ordonnées par le préfet pour une durée de 6 mois, dès la première prédation sur un troupeau domestique ! Et des zones dites « de protection renforcée »

Les mesures de protection des troupeaux sont efficaces

Efficacité de l’ensemble des mesures

Si l’ensemble des mesures prises isolement présente des limites en termes d’efficacité, la combinaison de plusieurs d’entre elles confère des résultats tout à fait probants. Dans de nombreuses références bibliographiques, il en ressort les éléments suivants :

La démonstration de l’efficacité des mesures de protection a fait l’objet de travaux réalisés par Nathalie Espuno en 2004 dans le cadre de sa thèse « Impact du loup sur les ongulés sauvages et domestiques dans le massif du Mercantour ». Son étude met en évidence les bénéfices estimés de l’utilisation des chiens de protection en fonction du regroupement ou parcage du cheptel entre 1994 et 2001. Il en ressort notamment le graphique suivant:

Trois grandes tendances ressortent de ce graphique :

  • L’emploi d’un seul

Un chien n'est plus un meuble: la France perdrait le sens des réalités?

L'amendement qui vient de donner aux animaux la qualité «d'êtres vivants doués de sensibilité» tout en continuant à les considérer comme des «biens corporels» fait réagir les amis des "traditions"qui utilisent l'animal "machine".

La loi vient d'intégrer ce qui peut sembler une évidence pour beaucoup: un chien gueule s'il se coince la patte dans une porte.

L'amendement rédigé par le député PS des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany, fait réagir. Frédéric Nihous d'abord, il me fera toujours rire : "Et dire que cela vient d'un ancien ministre de l'agriculture, élu d'un département de montagne confronté aux problèmes de l'ours et vivant pour bonne partie de l'agriculture et dont la chasse est une tradition fondamentale. Il va falloir penser à le mettre à la retraite aussi, celui-ci..."

Depuis

Bestiaire d’antan par Jacques Baillon

« Ils étaient médecins, chasseurs, pêcheurs, forestiers, écrivains, collectionneurs, agriculteurs, savants, curés, taxidermistes, rentiers...

Leurs observations, notes et remarques sur la faune sauvage ont ouvert la voie aux connaissances naturalistes actuelles. Ce sont les ancêtres des « écolos » d’aujourd’hui. C’est à un voyage dans le temps, au travers de leurs travaux et d’autres textes anciens, que vous convie « Bestiaire d’antan ».

Mais attention, point de rigueur scientifique ici, point de vérifications scrupuleuses des « données » ni d’inventaire exhaustif, la seule recherche du pittoresque et de l’anecdote a guidé la quête...

Le terrain de chasse arpenté va de l’Ile de France aux confins du Berry, frôle la Touraine ou la Bourgogne, et englobe la Sologne, l’Orléanais, la Beauce, le Gâtinais, et leurs environs !

Cap Loup réagit à l'autorisation de tir contre le loup de l’Aude

Communiqué CAP Loup, collectif des associations pour la protection du loup en France (Animal Cross, ASPAS, FERUS, LPO, Agir pour la biodiversité, 1000 traces, SFEPM, WWF) Monsieur le Préfet, Par arrêté du 1er avril 2014 (n°2014090-007), vous avez autorisé la réalisation de « tirs de défense en vue de la protection du troupeau » de Monsieur Edgard Juin sur les communes d’Hounoux et Fenouillet-du-Razès, troupeau ayant fait l’objet de prédation par le loup. Moins d’un mois après la constatation officielle de la présence du loup dans l’Aude, nous déplorons votre choix de gérer à coup de fusils le retour naturel de cette espèce. Votre autorisation de tirs létaux est insensée. Suite à la prédation sur ce troupeau, vous indiquez que M. Juin a mis en oeuvre des mesures d’urgence consistant à rentrer ses animaux la nuit et à assurer « une s

Ariège: vers une meilleure protection de l'ours lors de la chasse en battue

Règlemantation de la chasse en zone à ours en Ariège : la cour d’Appel donne raison aux Associations Comité Ecologique Ariégeois (CEA) et FERUS

Communiqué de FERUS

Par un jugement en date du 16 décembre 2011, le Tribunal Administratif de Toulouse a annulé partiellement l’arrêté préfectoral d’ouverture et de clôture de la chasse du 23 Mai 2011 du Département de l’Ariège et annulé totalement les arrêtés du 10 Novembre 2009 et du 2 Juillet 2010 car ils ne prescrivaient pas de mesures suffisantes de protection de l’ours par rapport à la chasse en battue. Le Ministère de l’Écologie a préféré faire appel de ce jugement en janvier 2012, plutôt que de rentrer dans une démarche constructive permettant la protection de l’ours et le maintien de l’exercice de la chasse en zones à ours.

Le 9 avril 2014, la Cour d’Appel

Le marché des ovins en France : Bilan 2013 et perspectives 2014

par Marc Laffont Après la publication en décembre 2013 d’une « Réflexion stratégique sur les perspectives de la filière viande ovine à l’horizon 2025 », FranceAgriMer poursuit en ce début 2014 son analyse des filières animales françaises dans un publication intitulée « », laquelle dispose d’un volet « filière ovine ».

Cette publication fournit l’essentiel des informations rassemblées ci-dessous, agrémentées de quelques ajouts. Et à l’exception du paragraphe « 30 ans d’Histoire de la consommation de viande ovine en France », plus personnel. (NDLB: cette partie sera mise en ligne dimanche prochain.)

Baisse du cheptel et hausse des réformes en 2013

Le cheptel ovin s’est à nouveau contracté fin 2012 de 2 % par rapport à fin 2011, les effectifs de brebis viande baissant spéci

Espaces verts et santé mentale

L’effet bénéfique à long terme des espaces verts 
sur la santé mentale des citadins

L’effet bénéfique des espaces verts urbains sur la santé publique est aujourd’hui prouvé. Cependant, l’effet longitudinal, à savoir le suivi de ce phénomène au cours du temps, est encore méconnu. Une étude réalisée au Royaume-Uni a exploré comment le déménagement vers une zone urbaine verte pouvait affecter la santé mentale d’un individu au cours du temps.Les résultats de cette étude montrent que les individus qui déménagent vers des zones urbaines moins vertes manifestent une moins bonne santé mentale l’année précédent le déménagement. Mais par la suite, ces individus s’adaptent relativement rapidement à vivre en zone moins verte. À l’inverse, la santé mentale des individus qui déménagent vers une zone plus verte reste stable avant le déménagement, mais s’amélio

L'accrus s'accroit, qui l'eut cru?

La haine de la friche I

« l’envahissement des territoires d’altitude par la friche menace les activités humaines, les équilibres naturels et, à terme, le développement durable. Lutter contre l’avancée de la friche s’impose donc comme un impératif et nécessite à l’évidence de garantir la pérennité de l’élevage, menacé par les attaques de prédateurs, qui ne cessent d’augmenter, du fait, notamment, de la croissance de la population de loups dans notre pays.» (Jean-Paul Amoudry (UC), Conseiller général de Haute-Savoie. Lire "")

La nature aura de toute façon le dernier mot

Vincent Albouy : Depuis des milliers d’années nous vivons la nature comme un empire hostile contre lequel il faut sans cesse lutter. Pour moi, il n’y a pas de mauvaises herbes. Il n’y a que des plantes qui expriment la vitalité de l

Amendement loup: et la biodiversité, camarades?

Jean-Paul Amoudry: "l’envahissement des territoires d’altitude par la friche menace les activités humaines, les équilibres naturels et, à terme, le développement durable".

Par Yves Paccalet Je me suis plusieurs fois opposé (non sans une ironie facile et potentiellement blessante) aux décisions politiques qu’ont pu prendre les écolos d’Europe-Écologie-les-Verts, mes frères et sœurs naturel(le)s. Je me persuade que, pour me faire pardonner, je devrais pondre d’urgence un texte qui les loue, et qui leur délivre les satisfecit auxquels ils (elles) ont droit pour leur remarquable contribution au débat public. Ce ne sera pas encore le cas aujourd’hui. Je suis désolé de devoir, à nouveau, dégainer mon fouet et donner dans la critique acariâtre. Comme disait Voltaire (ou Antigonos, roi de Macédoine, i

Rapport 2013 de suivi des ours dans les Pyrénées

L'Equipe Technique Ours a publié son rapport annuel 2013 de suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises

Résumé : Quoi de neuf en 2013 ?

Données provenant d’Espagne, d’Andorre

En Catalogne, au sein de l’aire de répartition qui est continue, 3 zones de présence particulières se distinguent : Val d’Aran, Alt Aneu, Alt Cardos/Vallferrera. En 2013, des génotypages ont été pratiqués sur 15 échantillons de poils ou crottes par l’Université de Barcelone et 35 échantillons par le LECA de Grenoble. 16 ours différents ont pu ainsi être identifiés dont 5 non détectés côté français. Les différents résultats ont, entre autres, permis de mettre en évidence la présence d’une portée (découverte d’un ourson mort, da

Le laisser-aller végétal, c'est fini.

Toulouse. La fin des prairies urbaines

Alors que les beaux jours arrivent, les prairies urbaines lancées dès 2008 par l'ancienne municipalité de Toulouse ne devraient pas passer l'été. Herbes hautes au bord des chaussées, du canal, dans les jardins publics, les parcs, sur les ronds-points… Lors de la campagne électorale, Jean-Luc Moudenc (UMP) avait annoncé que ce laisser-aller végétal, c'était fini.Pour l'heure, la mesure n'est pas encore appliquée, le temps que la majorité prenne les commandes du Capitole mais aussi de la communauté urbaine Toulouse Métropole dont dépendent la propreté et les voiries. Mais l'entourage du maire confirme cette intention. «C'est une vision dogmatique des écologistes qui occasionne plus de problèmes qu'elle n'amène d'embellissements», indique-t-on en rappelant tous les griefs opposés à ces herbes folles : plates-bande

Prédation: moins de 7 brebis par ours dans les Pyrénées

Dommages d'ours en 2013 : diminution de 37%. Chaque ours pyrénéen prédate en moyenne 6,8 ovins !

La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Région midi-Pyrénées a communiqué le bilan des dommages d'ours sur le massif des Pyrénées françaises en 2013. La note reprenant les chiffres annuels a été établie pour les dommages d'ours à partir des informations fournies par les Directions Départementales des Territoires du massif et le Parc National de Pyrénées. Rappel : sur l'ensemble du massif des Pyrénées, le pastoralisme concerne :

  • 6 000 exploitations pastorales,
  • 1 290 estives,
  • 100 000 bovins,
  • 570 000 ovins et
  • 14 000 équins.
  • Les estives couvrent une surface de 550 000 hectares dont 70% situées en zone Natura 2000*.

Programme PastoraLoup 2014

Communiqué de Ferus

PastoraLoup, un programme d’écovolontariat pour la protection des troupeaux

Un des problèmes majeurs pour la conservation des grands carnivores vient des dégâts causés par ces espèces sur le bétail. Face aux risques de prédation sur les troupeaux domestiques plusieurs mesures de protection sont applicables : aide-berger, chiens "patous", parc de regroupement ...

C’est la combinaison de ces différents moyens qui permet de réduire les dommages sur les troupeaux. Les pratiques pastorales évoluent et s’adaptent au retour du prédateur. Mais cela induit de nouvelles contraintes d’exploitation. Surcroît de travail et effort financier supplémentaire sont parfois difficiles à accepter et assumer pour les éleveurs et bergers. Les Pouvoirs Publics ont mis en place différents programmes de soutien pour accompag

De l'utilisation des données du réseau loup

En février 2013, la Buvette publiait "Sommes nous complices?". Ce texte avait été proposé à FERUS comme éditorial du numéro de février de la Gazette des Grands Prédateurs et avait été publié en "tribune libre".

En octobre 2013, FERUS publiait : "indices de présences, détruisez-les":

Dans le "Quoi de Neuf numéro 30", l'équipe du réseau loup aborde, entre autres, ce sujet...

Actions politico-techniques ou apports de la connaissance dans le processus de décision: ne nous y trompons pas !

Le Réseau Loup est l’outil qui permet de rassembler des informations de terrain pour ensuite pouvoir en extirper des éléments de compréhension du fonctionnement biologique de la population de loups. Les synthèses produites (qu’il s’agisse de la parution semestrielle de ce bulletin, ou

Italie, province de Verone : Le tourisme est une occasion, les loups doivent rester

Après une prédation ou un coup de colère d’éleveur, je lis régulièrement sur des blogs à tendance ruralo-pastorale des affirmations du genre « Après cela les intégristes de l'environnement nous diront-ils encore que tout va bien en Italie», en Espagne ou ailleurs, histoire de nier « l’exception française ».

Un exemple avec publié sur larena.it : “La Provincia chiede di spostare i lupi”, la province demande de déplacer les loups.

L’article est repris en France à droite et à gauche, surtout à droite d'ailleurs, sur différents blogs pastoraux qui comparent la situation pastorale en France avec les situations en Italie ou en Espagne. L'article en question est commenté assez grossièrement : La zone géographique en question, proche du lac de Garde, est appelée “Lessina” au lieu de